MINPMEESA / BIT : Satisfecit d’un partenariat officialisé

MINPMEESA > Actualités > MINPMEESA / BIT : Satisfecit d’un partenariat officialisé

L’audience accordée par le Ministre des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa) Achille BASSILEKIN III au Directeur du Bureau International du Travail pour l’Afrique Centrale (BIT) François MURANGUIRA, marque de marnière officielle le début d’un partenariat longtemps entretenu dans l’ombre. Entouré du Secrétaire Général du Minpmeesa Marthe Chantal NDJEPANG MBAJON et de certains de ses collaborateurs, le Ministre a réservé un accueil chaleureux à son hôte le 24 juin 2020 dans la salle de réunion de son département ministériel. Les échanges très riches en initiatives porteuses pour le Cameroun ont trouvé leur encrage dans la collaboration qui les lie, les objectifs et missions qu’ils partagent, notamment autour de plusieurs axes, tous en relation avec l’économie sociale et solidaire, ainsi qu’avec l’artisanat.

Le premier axe était celui du renforcement des synergies opérationnelles avec le BIT dans le processus de formalisation des entreprises. Dès l’entame de son propos, François MURANGUIRA a souligné que la proportion du secteur informel est très importante dans l’écosystème économique et entrepreneurial du Cameroun. « 90% de l’économie dans certains pays africains sont issus du secteur informel d’où l’importance de faire une progression vers une formalisation de ce secteur, c’est-à-dire doter les hommes, les femmes et surtout les jeunes évoluant dans le secteur informel, de conditions de travail décent, de fonctions et revenus acceptables, et du respect de leurs droits », a-t-il ajouté. Il en va de même pour les micros entreprises qui opèrent dans l’informel afin qu’elles aient accès aux crédits. Tout ceci grâce à un accompagnement, une dynamisation des pouvoirs publics en matière d’économie sociale. A cet égard, le Ministère de la Décentralisation et du développement Local (MINDDEVEL), la Direction Générale des Impôts (DGI), la Chambre de Commerce, d’Industrie, des Mines et d’Artisanat (CCIMA) et le Fonds Spécial d’Equipement et d’Intervention Intercommunale (FEICOM) seront mis à contribution. Le BIT, pour sa part, se propose de soutenir le Cameroun en mettant à la disposition du Minpmeesa des outils et instruments éprouvés dans d’autres pays. C’est dans ce cadre qu’il a publiquement remis au Minpmeesa des dépliants destinés aux artisans et acteurs du secteur informel, et présentant les avantages de la formalisation. Les dépliants serviront pour une sensibilisation nationale afin de toucher un public artisanal important et diversifié.

Le deuxième axe a porté sur l’examen des opportunités d’appui conseil aux PME face à l’impact de la COVID-19. Il était question davantage d’apprécier l’opportunité qu’offre la pandémie pour relancer l’économie du secteur informel, surtout l’artisanat. Le BIT a confirmé « la possibilité de mener une étude afin de cerner les impacts de cette pandémie sur les artisans mais également de rationaliser les moyens d’intervention et surtout apporter une réponse adaptée à la situation que vivent les artisans dans ce contexte de pandémie », a indiqué Achille BASSILEKIN III.

Pour ce qui de la mise en place des projets de coopération technique en rapport avec la promotion de l’éducation entrepreneuriale au Cameroun, le Ministre des PME a annoncé qu’un Document National de Stratégie Entrepreneurial est en cours de finalisation et a retenu l’éducation entrepreneuriale comme un des axes majeurs d’action ». Il a souligné que le BIT « est très avancé en matière de renforcement des capacités du système éducatif pour les entreprises, les centres, l’entrepreneuriat féminin et les entrepreneurs aguerris ». Dans la même lancée, le Directeur du BIT a ajouté que « l’entrepreneuriat est le présent et l’avenir de nos pays d’où la nécessité de proposer des outils capables d’accompagner ceux qui souhaiteraient s’y lancer ».

Au terme des échanges, les deux sont convenus des actions communes devant être menées dans le cadre d’une feuille de route. Il est par exemple question de voir comment capitaliser les instruments et leviers mis sur pied par le BIT à travers son unité de coopération sur le développement de l’économie sociale et solidaire au Cameroun, et comment traduire en action concrète le plan national de développement de l’économie sociale, par l’entremise notamment d’une étude approfondie menée par le bureau pays du BIT à Yaoundé. Le Cameroun bénéficiera donc, à son tour, des actions et de l’assistance technique de cet organe international en vue de la mise en œuvre harmonieuse de son plan d’action national en la matière. Le Ministre Achille BASSILEKIN III a dit être heureux d’entrevoir, avec le Directeur du BIT, la possibilité pour Yaoundé d’accueillir en 2021 la Treizième Académie Internationale de formation sur l’économie sociale et solidaire dont les travaux permettront de pousser la réflexion pour davantage booster le secteur. L’agenda prévoit également la tenue, en décembre 2020, d’un Colloque international sur l’entreprenariat visant à valoriser la culture entrepreneuriale pour en faire un maillon clé du système éducatif avec pour finalité de changer de paradigme de l’emploi salarié vers l’entrepreneuriat. Il est également envisagé l’expérimentation de certains outils du BIT (Tri – méthodologie de sélection des porteurs de projets à l’entrée d’un incubateur-, Créer – module permettant de créer effectivement une entreprise- et Germe – technique destinée aux jeunes entreprises et startup visant à les viabiliser) à la Pépinière Nationale Pilote d’Edéa en vue de booster ses activités et son opérationnalisation. Par ces échéances à court terme, le Minpmeesa entend accompagner de manière concrète les artisans, les Micro PME mais surtout les acteurs de l’économie sociale et solidaire du Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *