ARTISANAT: Un atelier de renforcement des capacités des acteurs institutionnels et non institutionnels organisé à Yaoundé pour structurer l’artisanat camerounais

MINPMEESA > Actualités > ARTISANAT: Un atelier de renforcement des capacités des acteurs institutionnels et non institutionnels organisé à Yaoundé pour structurer l’artisanat camerounais

Réunis autour d’un objectif commun le 10 septembre 2020 dans la salle de réunion du Centre International de l’Artisanat de Yaoundé (CIAY), les acteurs du secteur de l’artisanat ont tablé sur les moyens à mettre en œuvre pour une structuration adaptée à leur besoin. L’atelier de renforcement des capacités des acteurs institutionnels et non institutionnels à la structuration de l’artisanat visait l’accompagnement desdits acteurs à l’élaboration d’un plan de structuration des filières artisanales à fort potentiel de croissance. Ledit atelier, présidé par le Secrétaire Général Joseph Tchana, a connu un écho favorable.  Pour l’occasion, des experts ont entretenu les artisans et les organisations professionnelles sur les différentes thématiques et à la fin des travaux, les recommandations ont été formulées.

Concernant les thématiques, certaines questions évoquées ont porté sur l’identification des obstacles liés à la structuration de l’artisanat et la proposition des pistes de solutions. Il a également été question d’identifier le rôle des responsables des principaux groupements d’artisans dans le processus de structuration de l’artisanat camerounais et de proposer un modèle de structuration.

Après ce brainstorming, des recommandations fortes ont été formulées : sensibiliser les acteurs sur la nécessité d’être structurés ; assurer la transparence dans la gestion des différentes instances ; organiser des sessions de sensibilisation des instances faîtières ; élaborer un guide d’aide à la structuration des artisans ; mettre sur pied une chambre des métiers et élargir la concertation aux associations professionnelles ; faire un diagnostic organisationnel des structures existantes ; veiller à la gratuité de l’enregistrement des artisans et des entreprises artisanales dans les bureaux communaux des artisans ; encourager les artisans à payer l’impôt libératoire ; faire suivre les artisans par les Centres de Gestion Agréés (CGA) et adopter les coûts de prestations à leurs besoins.

Il est important de relever que dans le cadre de cette structuration, les acteurs ont été répartis par secteurs d’activités, notamment l’artisanat d’art, l’artisanat de service et l’artisanat de production. Ils sortent de la formation aguerris en matière de stratégies, de techniques et de méthodes leur permettant de mieux développer leur secteur.

Pour le Secrétaire Général, « cette structuration implique une organisation stratégique pouvant s’opérer au niveau régional, départemental, local ou même par secteurs d’activités. Pour l’instant, le choix est porté sur lesdits secteurs d’activités. La structuration permettra à terme d’avoir, par secteur, une organisation faîtière avec ses démembrements sur le terrain pour offrir des opportunités plus grandes de représentation dans les organes de décision. Une influence qui sera davantage perceptible au niveau des collectivités territoriales décentralisées, au regard de l’actualité ».

Au sortir de la formation, les acteurs du secteur de l’artisanat pourront, grâce aux échanges riches et fructueux, mutualiser leurs forces et leurs compétences pour apporter une plus-value à l’artisanat et au Produit Intérieur Brut et, participer davantage à la croissance économique nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *